• M.U.S.E

Pourquoi inscrire le ciel étoilé au patrimoine mondial de l’humanité ?

Mis à jour : mai 12

Voici ce que déclare Hubert Reeves dans "Le Point" le 5 mars 2020 :

« Si on ne fait rien, d’ici quelques années, lorsque nous lèverons les yeux vers le ciel nous verrons plus de points lumineux artificiels que d’étoiles ! »

La voute céleste est en danger imminent.

Comment la protéger de ses multiples agresseurs ?


Peut on compter sur les lois ? Non, car aucune loi ne régule à ce jour l’exploitation commerciale de l’espace. Il y a bien le « traité sur l’espace extra atmosphérique » (Outer Space Treaty), mais il date de 1967 et est totalement inadapté.


Peut-on compter sur le bon sens commun ? Non, car l’appât du gain et la mégalomanie l’emportent systématiquement.


Peut-on faire en sorte que la voute céleste devienne un espace protégé ? Oui, en l’inscrivant sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité. En effet, cette liste a pour objectif de protéger « les biens culturels et naturels présentant un intérêt exceptionnel pour l’héritage commun de l’humanité » (définition de l’UNESCO). Quel meilleur candidat que la voute céleste ?

Pour aller plus loin :

Dans quel but sont lancés tous ces satellites ? Des dizaines de satellites sont mis en orbite tous les jours pour transformer notre ciel en écran géant (projet publicitaire de la société StartRocket), créer de fausse étoiles filantes (projet de la société ALE), installer une fausse lune (projet de l’institut Aerospatial de Chengdu), de fausses étoiles (projet de la société RocketLab), ou pour mettre en orbite de vraies voitures ! (La Tesla Cherry du milliardaire Elon Musk a été placée en orbite martienne en 2018, et tourne depuis autour du soleil).

Quelques sources : Outer Space Treaty I Traité sur l’espace extra-atmosphérique

151 vues

Posts récents

Voir tout

"On y avait pas pensé"

La mise en orbite des 12000 satellites Starlink risque d’anéantir l’astronomie au sol, à cause de la pollution lumineuse engendrée...

Le patron de SpaceX est-il un hors la loi ?

Non content des mesures sanitaires actuelles, Elon Musk décide de rouvrir son usine Tesla de Californie au mépris des lois en vigueur (qu’il qualifie de « fascistes »), en mettant la police au défi de

© 2020 scomsand I Mentions Légales I

  • Grey Facebook Icon