• M.U.S.E

Et si ce soir on contemplait Sirius ?

✹đŸȘContemplation Ă  ciel ouvertđŸȘâœš du mois de mars 2022.


"D'accord, mais oĂč dois-je regarder ?"


Commencez par repĂ©rer la direction vers laquelle le soleil se couche. A la fin du crĂ©puscule (vers 18h50 si vous ĂȘtes dans le Pays de Gex), regardez dans cette direction puis tournez d’un quart de tour sur votre gauche. VoilĂ  Sirius, Ă©tincelante, qui va briller seule encore pendant un bon quart d’heure, et pour cause, c’est l’étoile la plus brillante du ciel nocturne.


Sopdet, dĂ©esse Ă©gyptienne surmontĂ©e d’une Ă©toile, personnification de Sirius

Nous sommes en l’an -1800 avant JC, Ă  ThĂšbes, en Egypte, au dĂ©but de l’étĂ©. C’est l’aube, et des paysans scrutent le ciel. Depuis plusieurs jours, ils guettent un Ă©vĂšnement majeur. Soudain, l’un d’eux dĂ©signe une Ă©toile qui vient d’apparaitre juste au dessus de l’horizon : "Regardez ! VoilĂ  Sopdet !".

Des cris de joie s’échappent de la foule, alors que l’astre Ă  peine levĂ© disparait dans les lueurs du jour. C’est une trĂšs bonne nouvelle annonçant la crue annuelle du Nil, indispensable pour fertiliser les terres arides environnantes. L’évĂ©nement est tellement important qu’une divinitĂ© lui a Ă©tĂ© dĂ©diĂ© : « Sopdet » qui personnifie l’étoile du mĂȘme nom, et est associĂ©e Ă  la fertilitĂ© et la prospĂ©ritĂ©.

L’étoile Sopdet n’est rien d’autre que Sirius, l’astre que vous avez sous vos yeux et ces paysans Ă©gyptiens viennent d’assister Ă  son "lever hĂ©liaque" : de quoi s’agit-il ? C’est ce moment prĂ©cis de l’annĂ©e oĂč l’astre se lĂšve juste avant le soleil, pour disparaitre presque aussitĂŽt dans les lueurs du jour naissant. Et il se trouve que cet Ă©vĂ©nement astronomique coĂŻncidait Ă  cette Ă©poque avec la pĂ©riode de crue du Nil.


 

POUR EN SAVOIR + :

Sirius ne "vit" pas seule : une autre petite Ă©toile lui tourne autour en 50 annĂ©es environ. Alors pourquoi ne voit-on qu’un seul point lumineux, puisque c’est en quelque sorte une "Ă©toile double" ? Et bien son compagnon est beaucoup moins lumineux, et ne peut ĂȘtre distinguĂ© de l’astre principal.

Y a t il beaucoup d’étoiles doubles dans le ciel ? Oui ! La majoritĂ© des astres (2 tiers environ) a une, voire plusieurs Ă©toiles compagnons, contrairement Ă  notre soleil qui lui est bien seul
 avec son cortĂšge de planĂštes, astĂ©roĂŻdes et comĂštes bien sĂ»r.



Sources : Institut de MĂ©canique CĂ©leste et de Calcul des Ephemerides (IMCCE)


99 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout